Comment choisir son tipster ?

Conseils
Le 11/01/2021 à 08h00
Par Thibault

Aujourd’hui, intéressons-nous aux critères indispensables à contrôler avant de se lancer dans le suivi d’un tipster.

Mais tout d’abord…


Qu’est-ce qu’un tipster ?

Un tipster est un pronostiqueur qui partage gratuitement ou contre rémunération ses pronostics à une communauté de parieurs.

Pour cela plusieurs médias sont à la disposition du tipster :

  • Site internet propre au tipster
  • Forums web spécialisés dans les pronostics sportifs
  • Plateforme dédiée aux pronostics sportifs (comme Betivore)
  • Réseaux sociaux
  • E-mail / SMS

Les raisons pour suivre un tipster peuvent êtres diverses et variées.
Cela peut être lié à un manque de temps pour faire ses propres analyses, à un manque de connaissances pour estimer l’issue gagnante d’un match, ou cela peut être lié à la volonté de se servir d’une partie des conseils du tipster, pour ensuite orienter ses propres choix de paris …


Quels critères vérifier avant de suivre un tipster ?

Quelque soit la raison pour laquelle vous décidez de suivre les pronostics d’un tipster, plusieurs aspects sont au préalable à vérifier car la toile regorge de pièges à éviter….

En effet que ce soit des parieurs débutants qui s’improvisent tipster, en passant par des charlatans qui vous feront payer un abonnement avant de disparaître dans la nature sans que vous ayez reçu le moindre pronostic, ou encore des pronostiqueurs qui malgré une volonté de partage ne se rendent pas compte que leurs résultats ne sont pas dus à leurs compétences, mais tout simplement à de la chance… Les embuches sont nombreuses !
Mais celles-ci peuvent être évitées.

Pour cela, il est primordial de vérifier au préalable plusieurs éléments avant de se lancer aveuglement dans le suivi d’un spécialiste des pronostics sportifs.


Conseil n°1 : La première chose qu’un tipster doit avoir c’est un bilan

C’est un incontournable, le tipster doit avoir un historique et un suivi de ses paris, accessibles gratuitement de tous, où l’on y retrouve :

– l’intitulé des paris réalisés avec la date de l’événement
– les cotes prises avec le nom du bookmaker proposant la cote
– les mises appliquées
– le bénéfice réalisé
– le retour sur investissement (ROI)
– la progression par rapport à la bankroll initiale (ROC).

Petit rappel :
ROI = Bénéfice net / (somme des mises)
ROC = Bénéfice net / (Bankroll initiale)


Conseil n°2 : Ses résultats doivent être authentiques

Un tipster se doit d’être transparent envers sa communauté et ce surtout quand les résultats ne sont pas au beau fixe.

En effet du fait de la variance inhérente aux paris sportifs, il est normal que certaines périodes soient plus prolifiques que d’autres. Le tipster se doit de dresser un bilan authentique et en aucun cas modifier son bilan ou truquer ses résultats, mises, cotes, etc.

Nous vous conseillons avant de suivre d’éventuels paris, d’observer pendant plusieurs semaines si son bilan reflète ses résultats et si ces derniers ne sont pas modifiés ou erronés.


Conseil n°3 : Combien de pronostics a publié le tipster ?

Cette vérification permet de jauger et de limiter l’impact de la variance sur l’espérance de gain du tipster. Car plus le nombre de paris est important, moins « l’effet chance » est présent.

L’analogie peut être faite avec une pièce de monnaie dont la probabilité d’obtenir pile ou face est théoriquement d’une sur 2.

Bien que la probabilité soit d’une sur 2, il est probable que si on réalise 5 lancers de pièce, l’on obtienne 4 faces sur les 5 lancers, alors qu’il est quasi impossible d’obtenir 4000 faces sur 5000 lancers.
Il paraît alors intuitif que plus le nombre de lancers est important, plus le facteur chance est réduit et plus on se rapproche de la probabilité réelle qui est de 50% d’obtenir face (ou pile).

C’est la même chose avec les paris sportifs, plus le nombre de pronostics est important, plus on élimine et lisse l’effet chance que peut avoir eu le tipster sur certains pronostics.


Conseil n°4 : Contrôlez la valeur de cote moyenne du tipster

Tout comme le nombre de pronostics publiés, la valeur de côte moyenne est importante afin de déterminer si le facteur chance entre en jeu.

En effet, un retour sur investissement de +20% obtenu avec une cote moyenne de 1,25 est un bien meilleur indicateur de compétence qu’un retour sur investissement avec une cote moyenne avoisinant les 5,0.
Plus la cote moyenne du tipster est élevée, plus le retour sur investissement de celui-ci est volatil.

Par exemple, en jouant une unité par pari :

Un tipster qui possède un ROI de +8% sur un historique de 50 paris, en ayant gagné 9 paris avec pour chaque pari une cote moyenne de 6.0, se retrouverait à -4% de ROI s’il avait seulement gagné 8 paris au lieu de 9 (soit -12% de ROI sur un seul pari perdu !). Alors qu’un tipster qui possède un ROI de +8% sur un historique de 50 paris, en ayant gagné 40 paris dont chacun a une cote de 1.35, se retrouverait à +5.3% de ROI s’il avait gagné 39 paris et non 40.

L’écart est donc colossal entre les deux alors que cela ne se joue qu’à un seul pari gagné ou perdu. 
Ainsi, il devient évident que plus les cotes jouées sont hautes, plus la chance aura un impact fort !


Conseil n°5 : Sur quels Bookmakers joue mon tipster ?

Bien vérifier que les bookmakers qu’il utilise vous sont accessibles.
En effet si vous suivez un tipster étranger, il y a fort à parier qu’il joue sur des bookmakers hors ARJEL (Autorité de Régulation des Jeux en Ligne), qui sont interdits en France, et qu’il ait par conséquent accès à des cotes plus élevées que sur des bookmakers ARJEL.
Ce qui impliquerait que vos gains, du fait de la différence de marge entre les bookmakers, ne seraient pas comparables (calcul de marge).


Conseil n°6 : Accessibilité des pronostics

Il est important de s’assurer que les pronostics sont publiés minimum quelques heures avant le début de l’évènement afin de pouvoir les suivre. Bien vérifier également l’heure de publication des pronostics, car si le tipster a pour habitude de poster ses pronostics en pleine nuit, vous ne serez peut-être pas à même d’en prendre connaissance.


Conseil n° 7 : Attention aux tipsters payants !

Lorsque vous faites le choix de vous orienter vers un tipster payant, le montant de l’abonnement doit vous permettre de dégager un bénéfice digne d’intérêt.

Par exemple un tipster qui propose un abonnement annuel de 200€ et annonce un ROC de +100% sur l’année (soit son capital de départ doublé sur un an), n’a aucun intérêt pour un parieur qui possède un capital dédié aux paris sportifs inférieur à 100€, car il n’arriverait pas à recouvrir le montant de l’abonnement pour réaliser des bénéfices.

Prendre garde aussi à l’ancienneté du tipster, car plus son activité est récente, plus il y a de risque qu’il cesse la publication de pronostics rapidement.


Conseil n° 8 : Gestion de bankroll

Étant donné que le suivi d’un tipster est généralement sur du long terme, le système de montantes est à proscrire, ces dernières pouvant être intéressantes à court terme mais pas viable à long terme du fait de l’emballement des mises.

En tant que bon gestionnaire, le montant des mises du tipster doit être le plus uniforme possible. Il ne doit en aucun cas tenter de rattraper ses pertes en misant gros sur un pari, au risque de tout perdre et surtout de vous faire tout perdre.

Ne pas suivre aveuglément ses mises car celles-ci sont en général en fonction de son budget qui n’est pas forcément identique au vôtre.
Par exemple, si le tipster a une bankroll de 2000€ et mise 50€ par pari, vous ne devez en aucun cas faire pareil si vous avez une bankroll plus petite. Toujours rester proportionnel à son budget alloué aux paris sportifs lors de vos mises. En reprenant l’exemple précédent, lorsque le tipser mise 50€ par pari avec 2000€ de bankroll, en imaginant que nous avons une bankroll de 100€, nous devrions miser 2.5€ par pari afin de rester proportionnel.


Pour Conclure

Généralement, lorsqu’un parieur choisi un tipster, la seule chose qu’il analyse, c’est le ROI du tipster.
Or cette habitude est extrêmement trompeuse car comme nous venons de l’évoquer, le ROI ne signifie pas grand-chose s’il n’est pas accompagné d’autres indicateurs comme le nombre de pronostics sur lequel est basé le ROI, ainsi que la cote moyenne jouée.

En effet si on ne se fit qu’au ROI, le bénéfice réalisé par le tipster peut être biaisé du fait d’un coup de chance, lorsque l’échantillon de pronostics est faible et/ou la cote moyenne est élevée.
Nous nous attarderons d’ailleurs plus en détail sur ce facteur chance dans un prochain article en tentant de le quantifier.

D’autres paramètres plus généraux sont également à prendre en compte comme l’accessibilité des pronostics, les bookmakers utilisés ou encore la rentabilité si vous souhaitez vous essayer aux tipsters payants.

Vous possédez à présent toutes les recommandations nécessaires pour faire les bons choix dans le suivi de vos tipsters !

Vous pouvez trouver et suivre un nombre important de tipsters et ce gratuitement sur notre plateforme dédiée : Betivore.

Partager :
Soyez le premier / la première à commenter !

En continuant à naviguer sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close